Biographie

Serge Planchou
Auteur réalisateur/Créa sonore

C’est un long cheminement qui m’a mené à cette présentation. De mes études horlogères, contraintes par un papa pensant bien faire, je m’en suis échappé laborieusement. Plus attiré par le son des guitares que par les tic-tac des réveils, j’ai vite compris que les métiers du son étaient mon avenir. Il faut dire que mon enchantement sonore m’a construit et guidé tout au long de ma vie.
Paris, avec obstination et au bout de plusieurs échecs renouvelés, j’accède enfin à la formation tant souhaitée de l’école supérieure Louis-Lumière option son. L’explication scientifique de la magie du son va enfin m’être révélé…Cours du soir, stages de prise de son stéréophonique et de productions accapareront ma vie pendant quelques années.
Une porte s’ouvre. TF1, mes premiers pas dans l’univers de l’audiovisuel. Je passe à travers l’écran et me retrouve avec tous les acteurs « vus à la télé ». J’ai tout à découvrir. Bien qu’en fin de vague, c’est encore l’énergie et l’ambiance du début de la télévision. Les anciens de l’ORTF sont encore là et nous font rêver par leurs histoires de pionniers. De technicien-vidéo, je passe à opérateur de prise de son après la reconnaissance de mon diplôme. Ce sont les directs des journaux télévisés avec Bruno Masure, PPDF etc…, ainsi que les émissions phares comme le magazine d’information « 7 sur 7 » d’Anne Sinclair… etc…etc…
Mais Toulouse me rattrape et je rejoins FR3 qui élargira mes connaissances sur les mixages des sujets JT et documentaires, les tournages de magazines et les cars régie tout en continuant le direct des journaux télévisés.
Le réveil créatif commence au moment où une collègue photographe me demande de faire une création sonore pour son exposition aux « rencontres photographique » de Villeneuve les Rivières.
Ce sera « Monolithes » qui me fera enchaîner sur une série de podcasts accompagnant les visites guidées audio pour le ​ »Muséum d’histoire naturelle » de Toulouse, une création sonore pour la « Cité de l’espace », une autre pour « Visa pour l’image » à Perpignan et des créations sonores sur quelques documentaires de réalisateurs. La bascule vers l’image se fait encore par une demande féminine. C’est ma première commande d’un 13 minutes « Que reste t’il d’humain? » sur les impacts d’AZF sur des scolaires.
Pour ce faire je demande le temps d’une formation. Ce sera le stage formateur de réalisation mono-caméra à l’INA.
Je réalise mon premier 26 minutes, documentaire sur le portrait d’un pédagogue, Antoine de La Garanderie : « Un Homme une Pédagogie » actuellement encore et toujours sur le site de France Culture. Puis la ville de Toulouse me sollicitera pour de nombreux 13 minutes dans le cadre de leur magazine de la culture et des arts. Ce sera entre autre « La première édition du festival Tangopostale « , « Cantate sans filet » ​rendez-vous musical de l’Ensemble Baroque de Toulouse, « L’image et le pouvoir » coulisses d’une exposition au musée Saint Raymond… « Le Lido, 30 ans d’une histoire du cirque à Toulouse »…etc…etc
Ma vie professionnelle et les liens amicaux qui ont jalonné mon parcours m’ont permis de m’attaquer au format long. C’est « Une certaine histoire de l’Occitanie » que je viens de terminer.
Ce film-documentaire est basé sur un enregistrement sonore que j’avais enregistré bien des années plus tôt concernant un personnage haut en couleur : Maurice Andrieu.
Mon prochain film-documentaire se nommera « L’image et la magie » mais je vous en dirai plus dans quelques temps….